Enzo Ferrari

Comme vous le savez Rétromobile fêtera les  70 ans de la célèbre Ferrari. Mais qui se cache derrière le nom Ferrari ?

Enzo Ferrari

Depuis sa création, Ferrari est le synonyme de la performance. De sa couleur rouge à son fameux symbole du cheval cambré, les lignes Ferrari n’ont cessé de faire rêver depuis leur existence. Adepte ou non de ce grand nom, il est indéniable que cette écurie marque son siècle de par sa technologie et ses grands prix remportés.

« Je n'ai jamais été un grand constructeur, je n'ai jamais rêvé de l'être. Je reste un artisan provincial. » Enzo Ferrari

Tout commence en 1908 à Bologne… lors d’une course sur le circuit de la Via Emilia. Enzo Ferrari fut fasciné par la rapidité dont fit preuve Vincenzo Lancia. De cet instant, la passion pour l’automobile et la vitesse se révéla aux yeux de ce jeune garçon, alors, âgé de 10 ans.

«J'ai consacré ma vie entière à l'automobile, ce triomphe de la liberté pour l'homme.» Enzo Ferrari

À 20 ans et au vu de ce même regard admiratif, Enzo Ferrari pris la décision en 1918 de tenter sa chance auprès de Fiat, à Turin. Mais c’est, finalement, la petite entreprise fabricante de Torpedo (conçue sur un châssis de camionnette) qui la lui donna en tant que pilote d’essais. Un ans plus tard, C.M.N (Costruzioni Meccaniche Nazionali) le recrute au même poste et fait peu à peu de lui un pilote de course. C’est ainsi qu’Enzo participa à sa toute première course, celle de Parma-Poggio di Berceto. Au volant de la CMN 15/20 4 cylindres 2,3 litres, il arrive 4ème.

Loin d’être à la hauteur à ce moment-là, il enchaine les courses avec plus ou moins de succès. Cependant, en 1920, Enzo Ferrari se fait remarquer par Alfa Romeo suite à son arrivée sur le podium à la Targa Florio avec une Alfa Romeo Tipo 40/60 6 litres, 4 cylindres. Véritable victoire pour lui, puisque grâce à cette course, il collabore avec la firme. Depuis, la performance le gagne.

« Pour arriver premier, il faut premièrement arriver. » Enzo Ferrari

En 1923, suite à son triomphe sur le circuit de Savio, Enzo Ferrari a l’honneur de faire la connaissance des parents de Francesco Baracca, l’illustre aviateur italien. De cette rencontre naît le symbole Ferrari. En effet, la comtesse Baracca, impressionnée par les prouesses du jeune homme et très certainement parce qu’elles lui rappellent celles de son propre fils,  l’invite à utiliser l’emblème du cheval cabré qui fut jadis la marque identitaire de son cher Francesco.

Peut-être était-ce un présage de bon augure puisqu’il ne fallut pas moins d’un an pour qu’Enzo Ferrari soit consacré Cavaliere pour ses réussites sportives. S’en suit le titre de Cavaliere Ufficiale en 1925. Il décide de partager son amour des sports mécaniques en fondant cette même année le journal « Corriere dello Sport à Bologne ». Les années passent mais pas son succès.

« Ce sont les points intermédiaires qui font les champions du monde. » Enzo Ferrari

1929 est probablement l’année qui fonde le mythe Ferrari. C’est, effectivement, en 1929 que la glorieuse Scuderia Ferrari fut construite. Face à l’exaltation devant ce bijou sportif à la teinte rubis, Ferrari avec Alfa créa sa propre équipe officielle, à la couleur rouge représentative des vainqueurs italiens.

« (en formule 1) la chance et malchance n'existent pas. Cette dernière n'est autre que la somme d'éléments ou de situations que nous n'avons pas su ou pu prévoir. » Enzo Ferrari

 

La naissance de son fils surnommé Dino et son rôle de plus en plus important au sein de la firme Alfa le pousse à arrêter sa carrière de pilote en 1931.

Toujours plus ambitieux, Enzo Ferrari décide de quitter Alfa Romeo pour se mettre à son propre compte. Bien qu’il ne puisse utiliser son nom durant 4 ans à cause de son accord avec Alfa, cela alimenta sa force de désir de devenir leader et de battre ceux pour qui il avait tant travaillé. Dommage pour Alfa Romeo, le feu en émoi de Ferrari l’amène à monter un empire connu et reconnu.

Il ouvre Auto Avio Costruzioni, Viale Trento Trieste, le siège social de l'ancienne Scuderia Ferrari le 13 septembre 1940. Il lui fallut attendre la fin de la guerre pour réaliser sa première voiture. À partir de là, il créa des légendes de l’automobile telle que la 125 S dotée d’un moteur V12, signature du constructeur et spécificité de base de l’ossature de ses belles.

 

Titre et prix continuent de l’honorer même après sa mort le 14 août 1988. Ferrari fut, est et sera pour grand nombre un éternel symbole de la rêverie.

« Une voiture, on doit d'abord la rêver » Enzo Ferrari