La caravane aérienne

Une entreprise des années 30

Qui n’a jamais ressenti l’envie de voyager dans le temps ou regarder en arrière avec nostalgie et revivre dans le présent ce qu’il a pu arriver dans le passé ? Mais si traverser le temps ne signifiait pas remonter les aiguilles de l’horloge mais plus simplement réveiller les souvenirs ? Il suffit parfois d’un son, d’une odeur, d’un toucher pour nous faire partir au plus profond de nos pensées.

Le «c’était mieux avant» ne date pas d’hier. Plus d’un a souhaité vivre une aventure inspirée du passé. C’est en soit ce que le salon Rétromobile vise à faire en mettant à l’honneur la locomotion de l’époque. Heureusement pour nous, il peut exister un parfait alliage entre le savoir-faire de nos ancêtres, nos désirs actuels et la technologie de demain.

Vous aimez les histoires ? Nous aimons les raconter. Voici celle du concepteur Wallace Merle Byam.

Dans les années 30, il disait : «Nous devons améliorer continuellement les choses et non pas les modifier». L’héritage et l’idéologie de cet homme se sont transmis au fil des ans. Wallace Merle Byam dixit Wally Byam est le fondateur d’Airstream, les caravanes d’époques aux lignes aériennes. Son esprit nomade et pratique l’a amené à construire un véhicule de voyage léger et capable de traverser le vent. Plus qu’un concept, il souhaitait faire naître un nouveau mode de vie et l’idée initiatrice du «voyager autrement». Wally Byam était anticonformiste, passionné et surtout un véritable campeur. En tant que tel, et toujours à l’affût des contrées lointaines, il acheta, en 1929, le châssis d’une Ford Model T pour y poser sa tente lors de ses camping party. Il est facile de deviner l’inconfort de sa structure. Sa compagne dans la vie comme dans l’aventure, ne manqua pas de le lui faire remarquer. Sa dame voulait bien partir mais à condition d’avoir le confort de la maison.

Merci Madame! Voici comment le mythe Airstream trotta dans la tête de notre ingénu. Très bricoleur, il a commencé à construire un abri en contreplaqué et en toile, toujours sur le châssis de sa Ford T. Son premier prototype, en forme de goutte, était aérodynamique. Toutefois, sa particularité résidait dans le fait d’être équipé d’une mini-cuisine (avec four au kérosène et réfrigérateur).

Wally dut travailler très tôt et se montrer malin. Un de ses métiers était d’être communicant marketeur. Cela lui a beaucoup appris car très brillant dans son domaine. Il usa de ses talents en communication pour partager son idée de caravane en vendant un mode d’emploi. Celui-ci permettait de construire soit même son véhicule comme lui l’avait fabriqué pour sa femme. Très bon plan qui lui rapporta un gain d’argent conséquent.

En 1932, ce qui était d’origine une «râlerie» de sa douce, se transforma en l’aboutissement de son projet : vendre des caravanes aériennes, aux aires futuristes, et répondant à la fois à un artisanat simpliste et au confort du «comme à la maison». Sa philosophie, de reprendre ce qui existe pour l’améliorer, le poussa à réfléchir sur comment rendre ses caravanes toujours plus confortables sans être lourdes. Il souhaitait mettre au point un engin capable de transpercer le vent pour une meilleure conduite. Quoi de mieux que de l’aluminium et un design qui épouse la trajectoire du vent. L’histoire de la caravane culte s’écrivit à partir de là. Elle fut la source de bon nombre d’épopées, anecdotes et autres. L’Airstream s’imposa en tant que mythe du voyageur américain.  «Le chemin menant des premières Airstreams à la fabrication en série dans l’entreprise de Wally sera encore marqué par plusieurs jalons. Pour commencer, il rachète la Bowlus-Teller Trailer Company qui construit ses caravanes à la manière d’un avion. C’est ainsi que voit le jour l’«Airstream Clipper» construite selon le principe de la monocoque en aluminium revêtue de panneaux alu rivetés ; un  hommage aux célèbres avions « Pan am Clipper » de son temps. »

Débordant d’imagination et capable dans son domaine, Wally ne s’est pas démonté face à la pénurie d’aluminium suite à la seconde Guerre Mondiale.

Rien n’est contrainte, tout est défi.

Il trouve de nouvelles opportunités dans l’aéronautique et trouve une nouvelle fois l’inspiration dans l’aviation.

Parce qu’un projet fonctionne lorsqu’on y croit. Lui croyait en la performance de son concept et pour le prouver aux yeux du monde entier, il entreprit plusieurs expéditions en Amérique et plus de 18 autres pays, de 1951 à 1959. «Au total, 38 Airstreams sillonnent 18 pays du continent où le rideau de fer vient de faire son apparition. Plus tard, la tournée du Cap au Caire en 1959 sera considérée comme l’apogée des caravanes.» «Nous avons suscité plus de sympathie dans les pays que nous avons visités que tous les diplomates dans leurs beaux costumes.»

 

 

 

Beaucoup plus qu’une question de business, les envies de découvertes et l’amour du voyage de Wally Byam, ont fait de ses caravanes le roman d’une vie remplie d’expériences. Aujourd’hui, l’entreprise existe toujours. Depuis 1955, un club lui est même dédié : la fondation du Wally Byam Caravan Club. «Le résultat est d’une structure légère et solide relève les défis de la route, mais surtout surmonte la plus dure de toutes les épreuves : le temps.»

Site ici 

Airstream sera présent au salon Rétromobile à l'entrée du hall 2