MG prototype EX234

Un prototype pas comme les autres

Un prototype pas comme les autres, la mystérieuse « EX234 » correspond à un modèle expérimental chez MG.

Remémorez-vous. Nous sommes dans les années sixties ce qui est synonyme de rayonnement, révolte et joie de vivre. C’est une époque où le monde entier est sous l’influence anglophone. Les voitures n’y échappent pas.

Sous l’effet de mode de la dolce vita à l’anglaise, MG propose plusieurs cabriolets parmi les meilleurs de son ère. Le public était fan de la MGB et de la Midget. Pour cause, ces deux bijoux alliaient un entretien simple, une facilité de conduite et un prix abordable.

Ces voitures, aux lignes amusantes, ont vite été oubliées devant la génération GTI et les années 80 signent l’arrêt de ces charmantes décapotables. La mode vintage n’était pas de mise à ce moment-là.  Ainsi face aux « nouvelles » sportives qui arrivaient sur le marché, les MG étaient un peu « kitch », et pas suffisamment racées.

Une héritière à la MGB et à la Midget aurait dût voir le jour. Elle n’est pas nommée « Désire », on aurait pu dire « Mystère » mais il s’agit de la MG prototype EX 234. Comparée à ses consœurs dont l’histoire est bien connue, la sienne a très peu fait parler d’elle. D’ailleurs la connaissez-vous ?

Tout d’abord, son nom « EX234 » aux airs de dossiers classés très spécial par Scotlandyard, signifie simplement « expérimental ». Le projet initial était d’améliorer la série B en lui adaptant des suspensions indépendantes. Après mûre réflexion, il paraissait nettement plus judicieux de concevoir un nouveau modèle et adopter une nouvelle approche consommateur. Il a donc été conçu dans les années 60, peu de temps après le lancement des MGB et Midget. Il en existe un seul exemplaire sous forme de prototype et en parfait état de roulage.

Du fait que l’EX234 soit restée à l'état de prototype cette voiture en a ses spécificités. Par exemple, pour tester l’effet visuel, seulement un seul côté est doté d’une baguette latérale. Côté technique, elle recevait une suspension indépendante Hydrolastic et des freins à disques sur les quatre roues. Ce magnifique petit roadsters anglais avait tout pour plaire tant sur le plan mécanique que pour sa robe en acier et aluminium. Derrière son esthétisme séducteur se cache le fin trait de Pininfarina.

« La forme futuriste de la voiture dissimule un fascinant cocktail mécanique qui aurait pu conquérir le monde automobile et ouvrir pour MG d’excitantes perspectives. Le projet était lancé par Syd Enever et l’étude a commencé en février 1964. Sous la direction de Roy Brocklehurst (qu’Enever considérait comme son successeur comme ingénieur en chef), les dessinateurs de projet Mike Holiday et Jim Simpson ont conçu une plateforme en acier qui intégrait un ensemble de pièces mécaniques BMC provenant des Midget, Austin Gipsy et Morris 1100. » Classic & Sports Car

Il n’est pas rare de voir de beaux projets se stopper en court de développement du fait de litiges financiers. Ainsi, le prototype EX234 n’a pas connu de suite à cause de ces divergences économiques. De plus, Alec Issiginos avait un positionnement anti-voiture de sport, ce qui n’a pas été favorable à la marque.

Comme quoi la providence n’est pas un destin en soit. Bien que les prototypes soient généralement réservés à la destruction, cette EX234 qui fut sauvée de justesse.

« Depuis longtemps, Beer caressait le rêve d’ouvrir son propre musée consacré à la marque, si bien que lorsque la destruction d’EX234 a été programmée, Thornley est intervenu et a offert le prototype à son ami. Malheureusement, le musée ne s’est jamais matérialisé, mais au moins la voiture avait-elle été sauvée du chalumeau découpeur. » Classic & Sports Car

Cette voiture parfaitement fonctionnelle sera exposée à Rétromobile sur le stand de Classic & Sports Car (D 95, pavillon 1).