Le Musée national de la Voiture du Château de Compiègne expose sa Hotchkiss AM2 torpédo luxe

Le Musée national de la Voiture du Château de Compiègne conserve une collection exceptionnelle de véhicules hippomobiles du XVIIe au début du XXe siècle, d'automobiles et de cycles, ainsi qu'un important fonds iconographique sur le thème des transports. Le Musée nous présente cette année sa Hotchkiss AM2 torpédo luxe.

Le Musée national de la Voiture est créé en 1927 à l'initiative du Touring club de France, grâce à la détermination de son vice-président Léon Auscher, carrossier de profession. Les grands carrossiers présents aux Expositions Universelles souhaitaient constituer une histoire de la locomotion terrestre et contribuer à la sauvegarde du patrimoine hippomobile et automobile, menacé par les mutations rapides que connaissait le transport routier au tournant du XIXème et du XXème siècle.

Il offre aujourd’hui un panorama de l'histoire du transport des personnes, en particulier du passage de la traction animale à l'automobile, avec des véhicules originaires d'Europe, mais aussi d'autres continents.

Sa collection de tout premier ordre comprend une centaine de véhicules hippomobiles du XVIIème au début du XXème siècle, une trentaine d'automobiles, témoignant de la naissance du mode de transport, une section consacrée à l'histoire du cycle ou encore des pièces illustrant les domaines du transport ferroviaire, de la traction humaine et du portage.

Hotchkiss AM2 torpédo luxe

La calandre de cette voiture est ornée des deux canons croisés formant l’emblème de la marque. La firme Hotchkiss, créée en 1855 par Benjamin Berkeley Hotchkiss (1826-1885), aux États-Unis, trouve en effet son origine dans la fabrication d’armes, notamment pendant la guerre de Sécession. Dès 1867, Hotchkiss installe une filiale de son entreprise d’armement et de munitions en France. En 1901, il fabrique des pièces détachées, puis se lance en 1904 dans la construction automobile. Après avoir produit des automobiles de grand luxe à l’aube des années 1910, dont le Musée national de la voiture possède un témoignage (Double coupé conduite intérieure, 1906, carrosserie Audineau), Hotchkiss se définira comme celle du « juste-milieu », séduisant une clientèle bourgeoise appréciant le confort, la qualité, la discrétion.

La torpédo luxe AM2 s’inscrit dans la gamme du « juste milieu » : voiture de luxe, mais abordable, de qualité, confortable, solide et fiable. Elle comprend sept places dont deux sur strapontins, rappelant ainsi une tradition héritée de l’hippomobile.

Hotchkiss revoit au milieu des années 1920 sa politique de production et impose le châssis unique AM puis AM2. La marque décide également de produire elle-même ses carrosseries, ce qui était alors assez novateur, l’habitude étant encore de livrer le châssis nu. Dans le même temps, l’entreprise se lance dans la conception de caisses souples. La production commence dès 1923.
Ces voitures présentent certes des dimensions importantes, elles peuvent accueillir jusqu’à six, voire sept personnes, mais leurs lignes demeurent équilibrées. La presse s’enthousiasme pour ces automobiles que Hotchkiss prétend moyennes alors que leur équipement est parfois supérieur à certains véhicules de luxe. Elles sont même
présentées alors par certains commentateurs comme les meilleures du marché !