Les voitures de plus de cent ans

Une exposition des automobiles Clément

Cette année Rétromobile et le Club des Teuf-Teuf Veteran Car Club de France s'associent pour présenter aux visiteurs de façon statique et dynamique des véhicules plus que centenaires.

Club « LES TEUF-TEUF » Veteran Car Club de France


En 1935, sur proposition de l’association « Les VIEUX MACARONS » (crée en 1929) qui regroupe des utilisateurs d’automobiles détenteurs d'un permis de conduire de plus de 10 et de la F.N.C.A.F (Fédération des Clubs Automobiles de France) il est décidé de fonder une association uniquement de propriétaires de voitures anciennes de plus de trente ans1 c'est-à-dire construites avant 1906 : « LES VIEUX TACOTS », appellation abandonnée un mois plus tard au profit de « TEUF-TEUF» qui a semblé plus digne et plus respectueux envers ces engins conçus et exécutés par des précurseurs tenaces toujours animés d'une foi qui fût souvent mise à rude épreuve. Ainsi naquit le premier club Français de collectionneurs de voitures anciennes en 1935.
Il est le club Français le plus ancien encore actif et le cinquième dans le monde après :

  • Le Veteran Car Club of Great Britain Novembre 1930
  • Le Veteran Car Club d'Afrique du sud Février 1934
  • Le Vintage Sport Car Club d'Angleterre Automne 1934
  • L’Antique Automobile Club d'Amérique Novembre 1935

Seul parmi tous les clubs d’automobile anciennes, le Club des Teuf-Teuf a eu le privilège exceptionnel d’avoir d’authentiques pionniers de l’automobile parmi ses fondateurs : le constructeur Georges BOUTON, le coureur WAGNER et maintes autres célébrités de l’âge d’or de l’automobile sans oublié son Président Hippolyte Panhard.
Aujourd’hui la tradition est respectée car nous comptons parmi nos membres de nombreux descendants des familles illustres de l’automobile : Clément-Bayard, La Licorne, Michelin, Vinot-Deguingand, Le Métais…

Adolphe Clément

Adolphe Clément (1855-1928) fut un des plus grands industriels Français de la fin du 19ème et début du 20ème siècle.

Autodidacte, il commence par être l'apprenti d’un maréchal-ferrant à treize ans avant d’entamer un tour de France en 1871 à l’âge de 16 ans. Il fabriqua sa première bicyclette, participe à des courses cyclistes et ouvre son premier commerce de réparation de cycle à Bordeaux en 1876 à 21 ans puis sa première entreprise de fabrique de bicyclettes sous sa marque « Cycles Clément SA » en 1877 à Lyon.

Il remontera sur paris en 1878 pour s’installer à la porte Maillot rue de Brunel.

Précurseur il fera des campagnes de publicité par affiches, s’entoure de sportifs pour promouvoir ses produits et aura une croissance rapide. L’usine qui emploie 150 personnes en 1880 en aura 400 5 ans plus tard. Il devient ainsi le plus important constructeur de cycles en France. Faisant fortune en étant l’importateur exclusif des pneumatiques Dunlop il investit dans des terrains à Charleville-Mézières et à Levallois-Perret pour y implanter forges et fonderies car il ambitionne de fabriquer des automobiles.

Les premiers véhicules de la marque Clément sortent en 1897 ainsi qu’un tricycle de la marque « Clément-Bayard » et de l’usine du Pré-St Gervais des voitures Clément-Gladiator équipés d’un moteur Aster. C’est le début d’une grande ascension dans le monde de l’automobile.

Il prend des participations dans la société des moteurs Aster, il prend le contrôle du capital des usines parisiennes Panhard et Levassor dont il devient le directeur commercial puis le Président. En 1903 il prend des participations chez Talbot en Grande Bretagne et fonde une grande usine de forges et fonderies à Ladbroke Grove où sont construites des voitures Clément sous la marque Clément-Talbot. Une opération similaire est tentée en Italie avec la marque Diatto-Clément.

En 1903 Adolphe Clément est dépossédé de son patronyme par ses associés du consortium Clément-Gladiator-Humber. Il doit alors chercher un nouveau nom pour sa marque de voiture.

Devant son usine de Mézières s’élève une statue de Bayard, Il choisit donc Bayard comme nouveau nom, qui deviendra en suite Bayard-Clément et Clément-Bayard en 1909 en même temps que le conseil constitutionnel lui accorde le changement de son patronyme en Adolphe Clément-Bayard.
La firme Clément et Bayard-Clément s’illustra dans de nombreuses compétions automobile : Coupe Gordon Bennet, Grand prix de l’ACF etc.

En parallèle à son industrie automobile florissante avec de nombreux modèles offerts à la clientèle A. Clément se lance avec succès en 1908 dans l’aventure aéronautique avec la construction de dirigeables. Six dirigeables vendus à la Russie, l’Angleterre et à l’armée Française furent fabriqués jusqu’en 1914.
En même temps il y aura l’étude d’un « planeur lenticulaire » mais le projet sera abandonné car trop cher. Il fabriquera des aéroplanes « Demoiselle » pour Santos- Dumont. Première fabrication en série d’avion au monde il en sera fabriqué une cinquantaine proposée à la vente fin 1908. Il y aura également la conception de différents moteurs pour l’aéronautique : bicylindre à plat, 4 cylindres, 7 cylindres en étoile, 8 cylindres en V. En 1908-1913 beaucoup de construction d’avions expérimentaux (avec Clerget, Archdeacon, Chesnay…) sans grand succès.

Il fabriquera en 1910 le premier aéroplane à réaction au monde sur une conception de l’ingénieur roumain Henri Coanda.

A la recherche de l’appareil idéal pour l’armée Française il fabriquera plusieurs modèles monoplan, biplan mais systématiquement refusé au profit de ses confrères Breguet, Voisin, Blériot etc.

En 1914 les usines de Mezières sont démantelées par l’ennemi et celle de Levallois réquisitionnée pour production de guerre. L’après-guerre ne permettra pas à A. Clément-Bayard de relancer la machine. L’impôt de guerre ruinera un grand nombre de sociétés Françaises.

En 1921 devant une catastrophe imminente, Adolphe Clément-Bayard âgé de 65 ans confie la réalisation de son rêve de voiture automobile populaire à un autre. Il finance un ingénieur dont il aime les idées neuves, désireux de mettre sur le marché une automobile entièrement finie : André Citroën. Il lui cède ses usines de Levallois.

Fiche technique : Clément AC4O 1905

Fiche technique : Clément AC4R 1903

Fiche technique : Clément AC25 bis 1904

Fiche technique : Clément Talbot 1904

Fiche technique : Clément Voiturette 1900

Fiche technique : Clément-Bayard 1913

Fiche technique : Gladiator 1901

Fiche technique : Renault C 1900

 Fiche technique : Stirling 1901